INTERVIEW / Les Ateliers du Bocage : à la rescousse des cartouches

LYRECO : Nous sommes avec Agnès BELAUD, Assistante communication aux Ateliers du Bocage. Bonjour Agnès, pourriez-vous nous expliquer ce que sont les Ateliers du Bocage ?

Agnès BELAUD : Les Ateliers du Bocage, créés en 1992, sont une société coopérative d’intérêt collectif (Scic), membres du mouvement Emmaüs. Les Ateliers du Bocage sont une entreprise d’insertion et adaptée. Nous travaillons avec des personnes en situation de handicap, des personnes éloignées de l’emploi (chômage de longue durée par exemple). Nous leur donnons un cadre de travail, leur apprenons de nouvelles compétences… 165 salariés composent les Ateliers du Bocage.

L : Quelles sont vos activités ?

A.B. : Nous sommes spécialisés depuis plus de 25 ans dans le tri et le réemploi, reconnus par de nombreux partenaires, dont Lyreco, et sommes garantis par la certification ISO 14001. Nous avons 3 grands pôles d’activités : Le pôle Environnement, qui concerne la collecte et le réemploi de matériels informatiques, téléphoniques et consommables d’impression. Le pôle Numérique Solidaire, qui concerne notre activité de vente de matériel reconditionné et logiciel auprès de particuliers et associations. Le pôle Activités locales, pour l’entretien des espaces verts et la fabrication de palettes en bois neuf ou en bois d’occasion. Nous sommes une entreprise multi-activités, avec de fortes valeurs sociales, environnementales et solidaires.

L : Nous proposons à nos clients une offre de reprises de leurs cartouches d’impression par les ADB. Comment se déroule l’activité de collecte de ces cartouches ?

A.B. : Nous réceptionnons les bornes LYRECO, permettant de collecter les consommables d’impression usagés auprès de vos clients. Nous avons également des collectes auprès d’entreprises, collectivités et auprès des groupes Emmaüs. Une fois les cartouches réceptionnées, nous commençons par un pré-tri visuel, afin d’identifier les cartouches laser, les jets d’encre se trouvant dans un même carton. Elles sont ensuite triées par marque et par référence. Une fois triées, les cartouches réutilisables sont nettoyées et vendues à des remanufactureurs pour être reconditionnées et remises en circuit. Les cartouches non réutilisables sont envoyées dans des filières françaises de valorisation, partenaires des Ateliers du Bocage. Tout ce processus a été pensé dans un but d’économie circulaire.

L : J’ai également pu comprendre que vous aviez mis en place différents programmes complémentaires à vos activités. Quels sont-ils ?

A.B. : En effet, nous avons tout d’abord notre Bootique, où nos appareils numériques réparés sont revendus, auprès des particuliers ou des entreprises. Plus de 6 500 mobiles sont vendus chaque année ! Nous avons également notre programme Solidatech, qui a la même vocation que la Bootique mais uniquement auprès des associations. 27 000 associations y sont inscrites. Nous avons ainsi vendu près de 400 000 outils numériques, ce qui représente pour elles 125 M€ d’économies. Enfin, nous avons mis en place depuis 2005 le programme de solidarité numérique Clic Vert, qui a pour but de collecter et dépolluer les mobiles en Afrique de l’Ouest. Ce sont aujourd’hui 5 pays (Burkina-Faso, Bénin, Niger, Côte d’Ivoire et Cameroun) qui disposent de centres de collecte de téléphones portables usagers, avec le soutien d’Orange et Emmaüs International.

Quelques chiffres clés :

  • 1,6 millions de cartouches d’impression collectées par an
  • 45% d’émissions de gaz à effet de serre évitées grâce au réemploi de ces cartouches
  • 100 000 cartouches collectées = 1 emploi temps plein en poste adapté
  • 23 000 PC portables collectés/an
  • 300 000 mobiles traités en 2018
  • 6 600 mobiles vendus à des particuliers en 2018

Chiffres supplémentaires :

  • 52% des cartouches collectées sont reconditionnées et remises en circuit. Depuis que les consommables d’impression font partie des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) – 15 août 2018 – le nombre de cartouches tend à augmenter.
  • 10 000 tonnes de déchets :
    • Enfouies -> création d’un seul emploi
    • Recyclées -> 31 emplois
    • Réutilisées -> plus de 800 emplois par les acteurs de l’ESS (Source : Ademe 2017, Rapport Réemploi, répartition et réutilisation)